Вернуться
Ralf 001

Ральф Румней

 

» Il ne reste plus à la place de chaque souvenir, gros d’une vie nouvelle dont il pourrait être le point de départ, qu’un maigre tas de cendres tout juste suffisant pour nourrir une colonie de bactéries qui irons se répandant. Le destin de l’homme peut bien être préétablit sur des millions d’années, il n’en laisse pas moins derrière lui que cette saleté, le mince résidu avec lequel il s’est lui même digéré. Il existe, dans chaque société humaine qui se laisse décrire, une catégorie particulièrement vile d’employés, qui recueillent ces saletés, les pétrissent et prétendent les modeler — j’ai nommé les savants en général et, dans ce cas précis, les historiens. «

The Leaning Tower of Venice.

 

 

Publications:

The Leaning Tower of Venice